Chercher le terme   dans Trier  
  

 179 document(s) trouvé(s)0     [Imprimer la liste]
Images concernant «sainte-rose» : Sujet  61 / 0

Liste des images pour le sujet «sainte-rose»
ImageNo imageTitre
Maison ancestrale en bois à Sainte-Rose.
C001/A2,06.001

Maison ancestrale en bois à Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison à mansarde, de plan rectangulaire d'un étage et demi recouvert de papier-brique et portant un toit mansardé à deux versants percé de deux lucarnes à pignon. À droite, une cheminée s'élève au-dessus du faîte. La façade est percée de deux portes flanquées de deux fenêtres protégée par un avant-toit. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au ez-de-chaussée et de deux à l'étage. Sur la droite, on distingue deux bâtiments de ferme qui semblent jouxter la maison. Cette maison aurait appartenu à Hector Dagenais en 1898. Décor verdoyant. Dare inconnue. Voir aussi: C001/A2,06.004. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose.
C001/A2,06.002

Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble du côté droit et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en moellons, auparavant le 6 chemin de la Grande Côte. Décor estival. [Années 1970]. Tirage photographique, coul.
Maison ancestrale en bois à Sainte-Rose.
C001/A2,06.004

Maison ancestrale en bois à Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en planches verticales portant un toit mansardé à deux versants fait de bardeau de bois et percé de deux lucarnes à pignon. À droite, une cheminée s'élève au-dessus du faîte. La façade est percée d'une porte flanquée de deux fenêtres protégée par un avant-toit. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au ez-de-chaussée et de deux à l'étage. Sur la droite, on distingue un bâtiment de ferme. Cette maison aurait appartenue à Joseph Dagenais en 1852 et ensuite à Hector Dagenais en 1898. Voir aussi: C001/A2,06.001. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose.
C001/A2,06.005

Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble du côté droit et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en moellons, auparavant le 6 chemin de la Grande Côte. Décor automnal. 8 novembre 2001. Tirage photographique, coul.
Maison située au 178 rue Lepage, Sainte-Rose.
C001/A2,06.006

Maison située au 178 rue Lepage, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1880, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison au parement de briques, de deux étages et demi, porte un toit mansardé à deux versants. Une extension de deux étages dans le même style jouxte le bâtiment principal sur la droite. Décor verdoyant. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose LEPA_0178).
Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.007

Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison, construite entre 1757 et 1817, apparentée à la maison d'esprit français. Bien qu'une pierre de date sur la maison indique 1757, la première mention d'une maison en pierre sur cette terre se trouve dans un acte de donation du 28 septembre 1817 de Michel Desjardins à ses enfants. En 1731, Pierre Labelle fils entre en possession de la terre. Elle est ensuite vendue en 1745 à son frère, Claude Labelle, qui l'habite avec son épouse Marie-Anne Quéneville, pendant 30 ans. Celle-ci la revend en 1775, suite à la mort de son mari. En 1757, année de la pierre de date, c'est Claude Labelle qui possède la terre. La maison aurait été rénovée en 1922. Elle fut la demeure de Yves Allard. Décor automnal. [Années 1970]. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0321).
Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.009

Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1859, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne demeure du bedeau qui a été construite en 1859 avec la pierre et le bois réutilisés suite à la démolition de la deuxième église construite en 1788 et démantelée dans les années 1850 avec l'édification du lieu de culte actuel. Depuis 1840, la maison du bedeau était située à l'ouest de l'église, sur le terrain actuel de l'ancien couvent des Soeurs de Sainte-Croix. En mauvais état, cette maison est remplacée par une nouvelle demeure en 1859, toujours pour loger le bedeau de la paroisse et sa famille. De 1952 à 1956, la Caisse Desjardins y loue une pièce et y ouvre un comptoir. À partir de 1960, plusieurs commerces s'y succèdent, dont Boutique Coiffure Christine dont on peut ici distinguer l'affiche. Depuis 1985, le bâtiment a uniquement une fonction commerciale (Le Berlingot - Bar laitier). Décor estival. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose (SROS_0218).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.010

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté gauche du bâtiment est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et deux plus petites sous les combles. Une cheminée, construite à même le mur de droite, se dresse au-dessus du faîte.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 111, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.011

Maison située au 111, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été habitée par Frederic Back. Décor verdoyant.Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan carré d'un étage et demi faite en planche à clins portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée se trouve à l'extrémité droite du toit. La façade est percée d'une porte flanquée de deux fenêtres que surplombe l'avant-toit. Le mur du côté gauche est percé d'une fenêtre par niveau.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0111).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.012

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor automnal. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demie en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à la canadienne percé de quatre lucarnes à fenêtre pendante. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur tout sa largeur et une partie du côté droit. Le mur droit est percé d'une petite fenêtre par étage alors qu'une porte abritée le jouxtant mène à la cave.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison autrefois située au 19, rue Bellevue, Sainte-Rose.
C001/A2,06.013

Maison autrefois située au 19, rue Bellevue, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble du côté droit et de la façade d'une maison québécoise traditionnelle en bois avec extension et qui fut la demeure de madame Fortin. Cette maison, maintenant détruite, aurait été construite en 1846. Décor dépouillé. [Années 1970-1980]. Tirage photographique, coul.
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.014

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une grande maison au toit mansardé construite ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900. Le site était auparavant occupé par une petite maison de bois en pièces sur pièces où est né le curé Antoine Labelle en 1833. Elle aurait été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Décor automnal. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.015a

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.015b

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Plaque commémorant le curé Antoine-Labelle à Sainte-Rose.
C001/A2,06.017

Plaque commémorant le curé Antoine-Labelle à Sainte-Rose.
Plaque commémorant le curé Antoine-Labelle, située sur le mur de sa maison natale au 246, boulevard Sainte-Rose. On peut lire : «Ici est né, le 24 novembre 1833, Mgr Antoine Labelle, curé de Saint-Jérome, apôtre de la colonisation. / In this house was born, November the 23th, 1833, Mgr Antoine Labelle, Paris priest of Saint-Jérome, Active fosterer of colonization.». La plaque est festonnée et porte les armoiries et la devise de la province de Québec «Je me souviens».
Maison située au 129, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.018

Maison située au 129, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1869, ayant subie des modifications. Cette maison fut habitée par la famille Poirier. On y retrouve les adrsses civiques 129, 129A et 131. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0129).
Plague d'inauguration de la première usine de filtration. de Sainte-Rose
C001/A2,06.020

Plague d'inauguration de la première usine de filtration. de Sainte-Rose
Plaque commémorant l'inauguration de la première usine de filtration du village de Sainte-Rose en 1915. Sur la plaque, on peut lire : «E. Desjardins, C.Léveillée, F.Labelle, A.Sicotte, J.Chartrand, P.H.Dufresne, J.B.Latour, F.Bélanger, N.Desroches, A.Grenier (conseillers), J.Émile Léonard (maire), J.A.Joly (secrétaire-trésorier), Ouimet et Lesage (ingénieur-conseil). Préparée et exécutée par The New York Continental Jeweil Company (Montréal-New-York-Chicago)».
Maison située au 354, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.021

Maison située au 354, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1905 ou avant, vers 1890, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison fut la demeure de monsieur Pierre Sparks. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0354).
Maison située au 367, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.023

Maison située au 367, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison québécoise d'influence américaine, construite en 1892. Au début du 20e siècle, on connaissait ce bâtiment comme le Cedar Tea Lodge Cottage, un salon de thé pour vacanciers. Il aurait été la demeure de Solamon Schipper. Le lot a été acquis en 1986 par les Soeurs de Sainte-Croix, dernières détentrices avant l'achat par Olymbec en 2019. La maison est maintenant connue comme la maison Cap Vie. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Les informations proviennent en partie d'un article paru dans le CourrierLaval.com par Alexis Gohier-Drolet, le 23 juillet 2019.
Maison  à Sainte-Rose.
C001/A2,06.024

Maison à Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de deux étages portant un toit à deux versants droits. Décor verdoyant. [Années 1970]. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.025

Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde en briques qui aurait été construite vers 1900, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Toutefois, cette date pourrait être revue à la baisse. On mentionne qu'elle aurait été édifiée vers 1870, date qui apparaît très plausible. Les briques auraient été moulées à la main. Elle fut la demeure de Raynald Boucher. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0323).
Maison autrefois située au 19 rue Bellevue, Sainte-Rose.
C001/A2,06.026a

Maison autrefois située au 19 rue Bellevue, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison québécoise traditionnelle en bois avec extension et qui fut la demeure de madame Fortin. Cette maison, maintenant détruite, aurait été construite en 1846. Tirage photographique, n&b.
Maison Ouimet située au 105, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.028

Maison Ouimet située au 105, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1901, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison fut la demeure de madame Aline Ouimet. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en planche à clins portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de deux lucarnes à pignons. Une cheminée s'élève à son extrémité droite. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritées par une avancée du toit. Une extension d'un étage en planche à clins portant un toit en appentis et percée d'une porte et deux fenêtres jouxte le côté droit. lus haut, sous les combles, on aperçoit une petite fenêtre.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0105).
Maison de pension de la famille Barbe à Sainte-Rose Ouest.
C001/A2,06.029

Maison de pension de la famille Barbe à Sainte-Rose Ouest.
Vue de l'arrière d'une maison en bois d'un étage et demi ayant servie de pension. On peut lire «FEB 57» sur la bordure de la photographie. Décor verdoyant. [1956]. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose
C001/A2,06.030

Maison située au 60, avenue des Terrasses, Sainte-Rose
Vue d'ensemble du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise en moellons, auparavant le 6 chemin de la Grande Côte. Décor verdoyant.Tirage photographique, n&b.
Maison située au 109, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.031

Maison située au 109, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison tradditionnelle québécoise, en planche à clins, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait aurait été construite vers 1885. La famille Charbonneau y aurait résidé. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0109).
Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.032

Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison, construite vers 1740 ou 1750, apparentée à la maison d'esprit français. Ce courant architectural naît en Nouvelle-France dès le 17e siècle avec l'établissement des premiers colons français qui importent de leur contrée natale leurs façons traditionnelles de construire. Il se prolonge un peu après l'arrivée des Britanniques à la fin du 18e siècle. Cette maison est l'une des plus vieilles de Sainte-Rose. Elle a d'abord appartenu à la famille Filiatrault puis a été habitée pendant 200 ans par la famille Desjardins. En 1936, elle est achetée par des Anglophones d'Outremont. En 1972, le peintre Marcel Saint-Pierre s'en porte acquéreur et la restaure entièrement. Connue comme la maison Desjardins. Décor verdoyant.Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguettes et percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres disposées symétriquement.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose PATR_0765).
Maison située au 1160 rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.033

Maison située au 1160 rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison à toit mansardé construite entre 1880 et 1920. Elle fut la demeure de madame Eva Beauchamp. Décor dépouillé. Tirage photographique, coul.
Maison située au 1865, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.034

Maison située au 1865, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue de la façade arrière et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, probablement construite entre 1800 et 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne résidence de la famille David qui a vendu son terrain à la Fabrique de Sainte-Rose pour ériger le nouveau cimetière. Certaines sources indiquent qu'elle aurait été construite dans la première tranche du 19e siècle, alors que d'autres arguent qu'elle aurait été construite vers 1865 avec la pierre de la deuxième église de la paroisse de Sainte-Rose. La tradition orale rapporte aussi que cette maison aurait servi de dépôt d'armes pour les Patriotes. Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire à un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants droits en bardeaux d'asphalte. Une cheminée construite à même les murs s'élève à chaque extrémité. Le mur avant est percé d'une porte et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court en façade et sur le côté droit. Le mur gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux sous les combles. Des chaînes d'angle ornent la maçonnerie de cette maison. Cette construction utilise également plusieurs types de pierre dont la dolomie de Beekmantown qui se trouve uniquement dans l'ouest de l'île Jésus.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose PATR_1865).
Maison située au 1865, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.035

Maison située au 1865, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, probablement construite entre 1800 et 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne résidence de la famille David qui a vendu son terrain à la Fabrique de Sainte-Rose pour ériger le nouveau cimetière. Certaines sources indiquent qu'elle aurait été construite dans la première tranche du 19e siècle, alors que d'autres arguent qu'elle aurait été construite vers 1865 avec la pierre de la deuxième église de la paroisse de Sainte-Rose. La tradition orale rapporte aussi que cette maison aurait servi de dépôt d'armes pour les Patriotes. Décor dépouillé. Années 1970. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire à un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants droits en bardeaux d'asphalte. Une cheminée construite à même les murs s'élève à chaque extrémité. Le mur avant est percé d'une porte et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court en façade et sur le côté droit. Le mur gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux sous les combles. Des chaînes d'angle ornent la maçonnerie de cette maison. Cette construction utilise également plusieurs types de pierre dont la dolomie de Beekmantown qui se trouve uniquement dans l'ouest de l'île Jésus.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose PATR_1865).
Maison située au 26 boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
C001/A2,06.036

Maison située au 26 boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1840. Elle apparaît notamment sur une carte postale produite en 1905-1906 par le photographe-éditeur Pinsonneault de Trois-Rivières. La famille Locas-Dutrisac-Miller y vécut de 1900 à 1986. En 1900, Anselme Locas, menuisier de Sainte-Rose, acquiert cette maison de pierre de Jovide Desjardins. Anselme Locas possédait du côté est de sa maison un atelier de menuiserie. Il louait également des annexes de sa maison aux estivants. De 1905 à 1908, il loua une partie de sa maison à des Montréalais qui y établirent un club baptisé Niscona probablement destiné à réunir des amateurs d'activités nautiques. Tous ceux qui se rendaient au chalet du SteRose Boating Club (aujourd'hui le site de la résidence Thérèse-Casgrain) devaient emprunter le chemin qui passait autrefois devant la maison. Cette maison fut plus tard utilisé par le restaurant AlexSim. Décor dépouillé. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants retroussés en bardeaux d'asphalte et percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée s'élève à son extrémité droite. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquées de deux fenêtres. Le côté gauche est percé de deux fenêtres au rez-de-chaussée et d'une seule sous les combles. Un bâtiment jouxte la maison sur la droite.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CULA_0026).
Maison située au 28 et 30, boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
C001/A2,06.037

Maison située au 28 et 30, boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une bâtisse, construite vers 1889, représentative de la maison à mansarde. Ce style est très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle fut la demeure de A. Prévost. Elle a maintenant une vocation commerciale (Le Boating Club). Décor dépouillé. [Années 1980]. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CULA_0030).
Maison située au 28 et 30, boulevard Curé-Labelle, sainte-Rose.
C001/A2,06.038

Maison située au 28 et 30, boulevard Curé-Labelle, sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une bâtisse, construite vers 1889, représentative de la maison à mansarde. Ce style est très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle fut la demeure de A. Prévost. Elle a maintenant une vocation commerciale (Le Boating Club). Décor dépouillé. [Années 1980]. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CULA_0030).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.039

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Maison de plan rectangulaire d'un étage et demie en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à la canadienne percé de quatre lucarnes à fenêtre pendante. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur tout sa largeur et une partie du côté droit. Le mur droit est percé d'une petite fenêtre par étage alors qu'une porte abritée le jouxtant mène à la cave.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 262, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.040

Maison située au 262, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Construite vers 1924, cette maison témoigne de l'éclectisme victorien qui se caractérise par des volumes complexes, articulés par de nombreuses saillies, des tours et des pignons multiples qui accueillent une ornementation aussi diverse qu'abondante où l'asymétrie est la règle. Aujourd'hui, ce bâtiment a vocation commerciale (Clinique du corps Vivre). Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0262).
Maison située au 264, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.041

Maison située au 264, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'un cottage de style vernaculaire américain construit vers 1938, style qui remplace progressivement la maison traditionnelle québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Cette maison fur la demeure de Marcelle Ouimet. Elle a aujourd'hui une vocation commerciale (Au coeur de Chantaline). Décor verdoyant. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0264).
Maison située au 268, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.042

Maison située au 268, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison construite vers 1900, issue du style Second Empire, fort prisé par la bourgeoisie entre le milieu et la fin du 19e siècle. Opulente et bourgeoise, cette maison témoigne de l'aisance de son premier propriétaire. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0268).
Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.043

Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1859, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne demeure du bedeau qui a été construite en 1859 avec la pierre et le bois réutilisés suite à la démolition de la deuxième église construite en 1788 et démantelée dans les années 1850 avec l'édification du lieu de culte actuel. Depuis 1840, la maison du bedeau était située à l'ouest de l'église, sur le terrain actuel de l'ancien couvent des Soeurs de Sainte-Croix. En mauvais état, cette maison est remplacée par une nouvelle demeure en 1859, toujours pour loger le bedeau de la paroisse et sa famille. De 1952 à 1956, la Caisse Desjardins y loue une pièce et y ouvre un comptoir. À partir de 1960, plusieurs commerces s'y succèdent, dont Boutique Coiffure Christine dont on peut ici distinguer l'affiche. Depuis 1985, le bâtiment a uniquement une fonction commerciale (Le Berlingot - Bar laitier). Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose (SROS_0218).
Panneau d'interprétation historique, Sainte-Rose.
C001/A2,06.048

Panneau d'interprétation historique, Sainte-Rose.
Photo du panneau historique explicatif de la place publique du village de Sainte-Rose-de-Lima qui se trouve à l'Église de Sainte-Rose.
Maison située au 55, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.049

Maison située au 55, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue partielle de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1868, dans un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison en pierre de Dolomie de Beekmantown possède une mansarde aux formes inhabituelles. Elle a appartenu à monsieur Hormidas Joly, puis à W.T. Stace. Décor verdoyant. Tirage photographique n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_005).
Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.050

Maison située au 218, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1859, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne demeure du bedeau qui a été construite en 1859 avec la pierre et le bois réutilisés suite à la démolition de la deuxième église construite en 1788 et démantelée dans les années 1850 avec l'édification du lieu de culte actuel. Depuis 1840, la maison du bedeau était située à l'ouest de l'église, sur le terrain actuel de l'ancien couvent des Soeurs de Sainte-Croix. En mauvais état, cette maison est remplacée par une nouvelle demeure en 1859, toujours pour loger le bedeau de la paroisse et sa famille. De 1952 à 1956, la Caisse Desjardins y loue une pièce et y ouvre un comptoir. À partir de 1960, plusieurs commerces s'y succèdent, dont Boutique Coiffure Christine dans les années 1970. Depuis 1985, le bâtiment a uniquement une fonction commerciale (Le Berlingot - Bar laitier). Décor estival. 29 mars 2006. Tirage photographique, coul.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose (SROS_0218).
Maison située au 153, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.058

Maison située au 153, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise qui fut bâtie vers 1839. Connue comme la maison S. Charbonneau. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0153).
Maison située au 166, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.059

Maison située au 166, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison de style vernaculaire américain, plus précisément de la variante avec un corps de logis modeste surmonté d'une toiture à deux versants droits. Ce modèle remplace vers la fin du 19e siècle la maison traditionnelle québécoise dont elle partage certaines caractéristiques. Elle a probablement été construite entre 1890 et 1930. Devant la maison, on peut lire sur une affiche «Boutique Bill René 625-5901». Depuis au moins 2014, cette maison et le bâtiment adjacent construit dans les années 2000, constituent le Manoir du Vieux Sainte-Rose, une résidence pour aînés. Cette maison est connue comme la maison William Bourdin. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0166).
Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.060

Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison apparentée à la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise.Selon la pierre de date située au-dessus de la porte d'entrée principale, cette demeure aurait été construite en 1816. Cette maison fut la demeure de monsieur C. Poirier. Aujourd'hui, elle a une vocation commerciale (Centre ChiroPratique du Village). Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0184).
Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.061

Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison apparentée à la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise.Selon la pierre de date située au-dessus de la porte d'entrée principale, cette demeure aurait été construite en 1816. Cette maison fut la demeure de monsieur C. Poirier. Aujourd'hui, elle a une vocation commerciale (Centre ChiroPratique du Village). Décor hivernal. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0184).
Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.062

Maison située au 184, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison apparentée à la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise.Selon la pierre de date située au-dessus de la porte d'entrée principale, cette demeure aurait été construite en 1816. Cette maison fut la demeure de monsieur C. Poirier. Aujourd'hui, elle a une vocation commerciale (Centre ChiroPratique du Village). Années 1970. Décor estival. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0184).
Maison située au 193, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.063

Maison située au 193, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison, construite vers 1875, aurait été la propriété de J. Edouard Cloutier, distributeur de machinerie agricole. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0193).
Maison située au 193, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.064

Maison située au 193, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison, construite vers 1875, aurait été la propriété de J. Edouard Cloutier, distributeur de machinerie agricole. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0193).
Maison située au 194, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.065

Maison située au 194, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1819, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison G. Lavallée (?). Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan carré d'un étage et demi en planche à clins portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de deux lucarnes à fronton triangulaire. Une cheminée apparaît à son extrémité gauche. La façade est percée d'une porte flanquée de deux fenêtres. Le côté droit est percé de deux fenêtres par étage.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0194).
Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.066

Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de type traditionnel en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Cette maison porte la dénomination Maison Longpré-Ouimet. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0202).
Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.067

Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de type traditionnel en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Cette maison porte la dénomination Maison Longpré-Ouimet. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0202).
Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.068

Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de type traditionnel en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Cette maison porte la dénomination Maison Longpré-Ouimet. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0202).
Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.069

Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison, construite vers 1900, représentative du style vernaculaire américain, plus particulièrement du modèle avec un plan en L qui est le résultat d'un croisement avec le courant dit «pittoresque». Cette maison fut bâtie en 1900 et fut la demeure du docteur M.J. Lambert. Connue comme la maison Lambert. Décor hivernal. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan irrégulier de deux étages en briques portant un toit versants droits en tôle canadienne. En façade, le rez-de-chaussée est percée d'une porte et deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur toute sa largeur et une partie du côté droit. L'étage est percé d'une porte donnant sur un balcon, et de deux fenêtres. Le côté droit est percé de deux fenêtres et d'une porte dans sa partie qui fait saillie, et d'une fenêtre à l'étage. Une petite fenêtre est placée sous chacun des deux pignons du toit. Ce type de maison est également doté d'une galerie couverte et d'une plus grande surface habitable. En arrière-plan, on aperçoit une maison plus modeste de plan rectangulaire à un étage et demi avec lucarne en pignon portant un toit en tôle.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0204).
Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.070

Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison, construite vers 1900, représentative du style vernaculaire américain, plus particulièrement du modèle avec un plan en L qui est le résultat d'un croisement avec le courant dit «pittoresque». Cette maison fut bâtie en 1900 et fut la demeure du docteur M.J. Lambert. Connue comme la maison Lambert. Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan irrégulier de deux étages en briques portant un toit versants droits en tôle canadienne. En façade, le rez-de-chaussée est percée d'une porte et deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur toute sa largeur et une partie du côté droit. L'étage est percé d'une porte donnant sur un balcon, et de deux fenêtres. Le côté droit est percé de deux fenêtres et d'une porte dans sa partie qui fait saillie, et d'une fenêtre à l'étage. Une petite fenêtre est placée sous chacun des deux pignons du toit. Ce type de maison est également doté d'une galerie couverte et d'une plus grande surface habitable. En arrière-plan, on aperçoit une maison plus modeste de plan rectangulaire à un étage et demi avec lucarne en pignon portant un toit en tôle.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0204).
Maison située au 208, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.071

Maison située au 208, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite, peut-être vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Une affiche au contenu illisible est accrochée près de la porte. Cette maison a accueilli le bureau d'enregistrement des municipalités de l'île Jésus, aménagé dans la résidence du notaire F.-X. Léonard (section avec la toiture à deux versants). En 1961, la Caisse Populaire de Sainte-Rose en quête de plus grands locaux déménage dans la bâtisse. Cette maison fut également la demeure de la famille Jean Drapeau. Depuis 2009, ou avant, la bâtisse est occupée par une étude de notaires. Parfois appellée maison Jean Drapeau. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en maçonnerie recouverte d,un crépi et portant un toit à deux versants retroussés en en tôle à baguette. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres. Le mur droit est percé de quatre fenêtres (dont trois sont visibles) au rez-de-chaussée et de deux sous les combles. Sur la gauche, un autre bâtiment jouxte la maison.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0208).
Maison située au 111, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.072

Maison située au 111, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise d'un étage et demi en clin de bois. Le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres. Deux lucarnes en façade percent un toit à deux versants retroussés recouvert de tôle à baguette. Cette maison a déjà été habitée par Frédéric Back. Décor estival. Date inconnue. Tirage photographique: n&b.
Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.074

Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1849, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pen,ant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Desjardins, elle aurait été construite pour, et peut-être par, Michel Desjardins, propriétaire de la terre depuis 1832. La pierre au-dessus de la porte d'entrée principale témoigne de la date de construction et les initiales «M. D» qu'on y retrouve font probablement référence à Michel Desjardins. En 2020, le bâtiment est occupé par les bureaux de Christopher Skeetes, député de Sainte-Rose à l'Assemblée nationale du Québec, et avant lui, les bureaux de Jean Habel, également député. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en pierre de taille (façade) et en moellons (côtés) portant un toit à deux versants droits fait de tôle à baguettes et percé de quatre lucarnes à fronton triangulaire. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. Le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de quatre fenêtres abritées par l'avant-toit qui surplombe une galerie courant en façade.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0132).
Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.075

Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1849, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Desjardins, elle aurait été construite pour, et peut-être par, Michel Desjardins, propriétaire de la terre depuis 1832. La pierre au-dessus de la porte d'entrée principale témoigne de la date de construction et les initiales «M. D» qu'on y retrouve font probablement référence à Michel Desjardins. En 2020, le bâtiment est occupé par les bureaux de Christopher Skeetes, député de Sainte-Rose à l'Assemblée nationale du Québec, et avant lui, les bureaux de Jean Habel, également député. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en pierre de taille (façade) et en moellons (côtés) portant un toit à deux versants droits fait de tôle à baguettes et percé de quatre lucarnes à fronton triangulaire. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. Le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de quatre fenêtres abritées par l'avant-toit qui surplombe une galerie courant en façade.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0132).
Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.076

Maison située au 132, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1849, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Desjardins, elle aurait été construite pour, et peut-être par, Michel Desjardins, propriétaire de la terre depuis 1832. La pierre au-dessus de la porte d'entrée principale témoigne de la date de construction et les initiales «M. D» qu'on y retrouve font probablement référence à Michel Desjardins. En 2020, le bâtiment est occupé par les bureaux de Christopher Skeetes, député de Sainte-Rose à l'Assemblée nationale du Québec, et avant lui, les bureaux de Jean Habel, également député. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en pierre de taille (façade) et en moellons (côtés) portant un toit à deux versants droits fait de tôle à baguettes et percé de quatre lucarnes à fronton triangulaire. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. Le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de quatre fenêtres abritées par l'avant-toit qui surplombe une galerie courant en façade.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0132).
Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.080

Maison située au 204, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison, construite vers 1900, représentative du style vernaculaire américain, plus particulièrement du modèle avec un plan en L qui est le résultat d'un croisement avec le courant dit «pittoresque». Cette maison fut bâtie en 1900 et fut la demeure du docteur M.J. Lambert. Connue comme la maison Lambert. Décor automnal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan irrégulier de deux étages en briques portant un toit versants droits en tôle canadienne. En façade, le rez-de-chaussée est percée d'une porte et deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur toute sa largeur et une partie du côté droit. L'étage est percé d'une porte donnant sur un balcon, et de deux fenêtres. Le côté droit est percé de deux fenêtres et d'une porte dans sa partie qui fait saillie, et d'une fenêtre à l'étage. Une petite fenêtre est placée sous chacun des deux pignons du toit. Ce type de maison est également doté d'une galerie couverte et d'une plus grande surface habitable. En arrière-plan, on aperçoit une maison plus modeste de plan rectangulaire à un étage et demi avec lucarne en pignon portant un toit en tôle.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0204).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.085

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et d'une partie du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On peut d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 14, rue Cantin, Sainte-Rose.
C001/A2,06.086

Maison située au 14, rue Cantin, Sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison, construite vers 1927, qui s'inscrit dans le courant victorien. De 1932 à 2002, cette maison appartient aux Soeurs de Sainte-Croix, qui possèdent le couvent situé juste derrière la propriété. Trois classes y sont aménagées. La cuisine est utilisée pour les cours d'art culinaire. Décor automnal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CANT_0014).
Couvent de Sainte-Rose, situé au 233, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.088

Couvent de Sainte-Rose, situé au 233, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et d'une partie de la face droite de l'ancien couvent de Sainte-Rose construit en 1876 selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau, et représentatif du style Second Empire, un courant architectural fort prisé entre le milieu et la fin du 19e siècle par l'élite religieuse et bourgeoise canadienne-française dans la construction de bâtiments institutionnels et de résidences opulentes. Le couvent est dirigé par les Soeurs de Sainte-Croix qui viennent s'installer à Sainte-Rose pour prendre en charge l'éducation des jeunes filles. Le couvent est agrandi en 1912 selon les plans de l'architecte Joseph Sawer et alors que l'entrepreneur est Félix Labelle. Le couvent, également connu sous le nom de Pensionnat Saint-Charles, est de nouveau agrandi en 1947. Le bâtiment remplit ces fonctions jusqu'en 1976 avant de servir de maison d'accueil pour les religieuses retraitées. De nos jours, l'ancien couvent a une vocation commerciale. Années 1970. Tirage photograhique, coul.

Il s'agit d'un bâtiment rectangulaire de quatre étages au parement de pierre à bossage provenant des carrières de l'entrepreneur Félix Labelle. En façade, une volée de marches mène à un porche abritant l'entrée principale. Chaque étage s'orne de cinq ouvertures, l'étage supérieur, sous un toit mansardé à quatre versants, présentant deux lucarnes à pignon de part et d'autre d'une lucarne-pignon centrale. Le même ordonnement général est reproduit sur le côté droit du bâtiment sur lequel est fixé un escalier de secours en fer. En arrière-plan, on distingue le clocheton planté sur le toit.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0233).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.094

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor automnal. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison située au 243, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.095

Maison située au 243, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1868, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Hartmann. Décor automnal. [Années 1980]. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi portant un toit à deux versants retroussés en tôle pincée et percé d'une lucarne rampante. Des cheminées s'élèvent à chaque extrémité. La façade, qui semble recouverte d'un enduit, est percée de deux portes et de trois fenêtres abritées par un toit en appentis qui surplombe la galerie sur toute sa largeur. Le côté droit est percé de deux fenêtres par étage et d'une plus petite au niveau du faîte.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0243).
Maison autrefois située au 19, rue Émile, Sainte-Rose.
C001/A2,06.099

Maison autrefois située au 19, rue Émile, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de style néo-Queen Ann en bois, construite en 1896, et aujourd'hui disparue. Cette maison fut occupée par Zéphirin Gauthier, avocat établi à Montréal, pendant les années 1940. Elle fut également la demeure de Donat Landry à une époque inconnue. La rue Émile se nomme maintenant rue Émile-Léonard. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 178, rue Lepage, Sainte-Rose.
C001/A2,06.101

Maison située au 178, rue Lepage, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1880, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison au parement de briques, de deux étages et demi, porte un toit mansardé à deux versants. Une extension de deux étages dans le même style jouxte le bâtiment principal sur la droite. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose LEPA_0178).
Maison située au 14, rue Cantin, Sainte-Rose
C001/A2,06.102

Maison située au 14, rue Cantin, Sainte-Rose
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison, construite vers 1927, qui s'inscrit dans le courant victorien. De 1932 à 2002, cette maison appartient aux Soeurs de Sainte-Croix, qui possèdent le couvent situé juste derrière la propriété. Trois classes y sont aménagées. La cuisine est utilisée pour les cours d'art culinaire. Décor estival. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CANT_0014).
Maison située au 178, rue Lepage, Sainte-Rose.
C001/A2,06.104

Maison située au 178, rue Lepage, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1880, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison au parement de briques, de deux étages et demi, porte un toit mansardé à deux versants. Une extension de deux étages dans le même style jouxte le bâtiment principal sur la droite. Décor verdoyant. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose LEPA_0178).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.106

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.107

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.108

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue rapprochée de la façade d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.110a

Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit et de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1900, style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle aurait été la demeure de monsieur Jacques Labelle. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0342).
Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.110b

Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison à mansarde, construite vers 1900, style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle aurait été la demeure de monsieur Jacques Labelle. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0342).
Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.110c

Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison à mansarde, construite vers 1900, style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle aurait été la demeure de monsieur Jacques Labelle. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0342).
Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.110d

Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Détail de la façade d'une maison à mansarde, construite vers 1900, style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle aurait été la demeure de monsieur Jacques Labelle. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0342).
Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.111

Maison située au 342, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Détail de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde, construite vers 1900, style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Elle aurait été la demeure de monsieur Jacques Labelle. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0342).
Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.112a

Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1900, qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été la demeure de monsieur Arthur Désormaux. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0344).
Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.112b

Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1900, qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été la demeure de monsieur Arthur Désormaux. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0344).
Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.112c

Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Détail de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1900, qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été la demeure de monsieur Arthur Désormaux. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0344).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.115

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. En avant-plan, une haie longeant une clôture, un poteau et des fils électriques, un panneau Arrêt et une plaque de rue sur laquelle on peut lire boul. Ste-Rose. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté droit du bâtiment est percé de deux fenêtres, plus petites sous les combles, à chaque étage. Une cheminée, construite à même le mur se dresse au-dessus du faîte.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116a

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. En avant-plan, une haie longeant une clôture, un panneau Arrêt et deux plaques de rue sur laquelle on peut lire boul. Ste-Rose et Albert. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté droit du bâtiment est percé de deux fenêtres, plus petites sous les combles, à chaque étage. Une cheminée, construite à même le mur se dresse au-dessus du faîte.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116b

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. En avant-plan, une haie longeant une clôture, et une borne fontaine. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté gauche du bâtiment est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et deux plus petites sous les combles. Une cheminée, envahie par la vigne, est construite à même le mur.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116c

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. En avant-plan, une haie longeant une clôture, et une borne fontaine. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. L'extension, sur la droite, au mur recouvert de crépi et au perron surélevé, est surmontée d'un toit à deux versants droits en bardeau de cèdre. Une cheminée en briques, hors-oeuvre, s'élève à l'angle formé par les deux constructions.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116d

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. En avant-plan, une haie longeant une clôture et un cable électrique qui traverse le ciel. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. L'extension, sur la droite, au mur recouvert de crépi et au perron surélevé, est surmontée d'un toit à deux versants droits en bardeau de cèdre. Une cheminée en briques, hors-oeuvre, s'élève à l'angle formé par les deux constructions.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116e

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. En avant-plan, une haie et un poteau auquel est fixé un panneau d'Arrêt, et deux plaques de rues sur lesquelles on peut lire Boul Ste-Rose et Albert. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. L'extension, sur la droite, au mur recouvert de crépi et au perron surélevé, est surmontée d'un toit à deux versants droits en bardeau de cèdre. Une cheminée en briques, hors-oeuvre, s'élève à l'angle formé par les deux constructions.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116f

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. Le côté droit du bâtiment est percé de deux fenêtres, plus petites sous les combles, à chaque étage, et d'une porte aménagée dans le soubassement du bâtiment. L'extension est recouvert d'un crépi, est percée d'un soupirail et porte un toit en bardeaux de cèdre à deux versants. Une cheminée de brique, hors-ouoeuvre, s'élève à l'angle formé par les deux bâtiments.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116g

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue rapprochée de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116h

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue rapprochée de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.116i

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'un détail du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. On aperçoit une fenêtre du rez-de-chaussée, et une seconde, plus petite, sous les combles, vers l'avant du bâtiment. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison d'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignon. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.117

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maisond 'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignons. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté droit du bâtiment est percé de deux fenêtres, plus petites sous les combles, à chaque étage. Une cheminée, de briques et hors-oeuvre, s'élève à l'angle formé par la maison et une extension la jouxtan à l'arrière.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 367, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.119

Maison située au 367, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison québécoise d'influence américaine, construite en 1892. Au début du 20e siècle, on connaissait ce bâtiment comme le Cedar Tea Lodge Cottage, un salon de thé pour vacanciers. Il aurait été la demeure de Solamon Schipper. Le lot a été acquis en 1986 par les Soeurs de Sainte-Croix, dernières détentrices avant l'achat par Olymbec en 2019. La maison est maintenant connue comme la maison Cap Vie. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Les informations proviennent en partie d'un article paru dans le CourrierLaval.com par Alexis Gohier-Drolet, le 23 juillet 2019.
Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.120a

Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1858, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Connue comme la maison Arthur Grenier. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un un étage et demi, au toit à deux versants retroussés et percé de deux lucarnes à pignon. La façade du rez-de-chaussée possède une porte flanquée d'une fenêtre de part et d'autre. Le côté gauche est percé de deux fenêtres par étage. Le terrain, légèrement en pente, expose une fondation de béton. Le revêtement est de papier-brique et le toit, recouvert de tôle à baguette, surplombe la galerie qui court en façade. Une cheminée en brique, hors-oeuvre, s'élève le long du mur gauche jusqu'à son faîte. À l'arrière, le toit se prolonge en appentis au-dessus d'un tambour.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0378).
Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.120b

Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1858, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Connue comme la maison Arthur Grenier. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un un étage et demi, au toit à deux versants retroussés et percé de deux lucarnes à pignon. La façade du rez-de-chaussée possède une porte flanquée d'une fenêtre de part et d'autre. Le côté droit est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée, et de deux sous les combles. Le terrain, légèrement en pente, expose une fondation de béton. Le revêtement est de papier-brique et le toit, recouvert de tôle à baguette, surplombe la galerie qui court en façade. À l'arrière, le toit se prolonge en appentis pour abriter une galerie dont on n'aperçoit que l'escalier qui y mène.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0378).
Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.120c

Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1858, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Connue comme la maison Arthur Grenier. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un un étage et demi, au toit à deux versants retroussés et percé de deux lucarnes à pignon. La façade du rez-de-chaussée possède une porte flanquée d'une fenêtre de part et d'autre. Le côté gauche est percé de deux fenêtres par étage. Le terrain, légèrement en pente, expose une fondation de béton. Le revêtement est de papier-brique et le toit, recouvert de tôle à baguette, surplombe la galerie qui court en façade. Une cheminée en brique, hors-oeuvre, s'élève le long du mur gauche jusqu'à son faîte. À l'arrière, le toit se prolonge en appentis au-dessus d'un tambour.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0378).
Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.120d

Maison située au 378, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Détail de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1858, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Connue comme la maison Arthur Grenier. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un un étage et demi, au toit à deux versants retroussés et percé de deux lucarnes à pignon. La façade du rez-de-chaussée possède une porte flanquée d'une fenêtre de part et d'autre. Le côté gauche est percé de deux fenêtres par étage. Le terrain, légèrement en pente, expose une fondation de béton. Le revêtement est de papier-brique et le toit, recouvert de tôle à baguette, surplombe la galerie qui court en façade. Une cheminée en brique, hors-oeuvre, s'élève le long du mur gauche jusqu'à son faîte. À l'arrière, le toit se prolonge en appentis au-dessus d'un tambour.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0378).
Maison située au 408, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.121

Maison située au 408, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1900, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle a été la demeure de Roland Labelle. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0408).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.122a

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque. Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Vue rapprochée de la façade d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demie en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à la canadienne percé de quatre lucarnes à fenêtre pendante. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur tout sa largeur et une partie du côté droit.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.122b

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Maison de plan rectangulaire d'un étage et demie en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à la canadienne percé de quatre lucarnes à fenêtre pendante. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur tout sa largeur et une partie du côté droit. Le mur droit est percé d'une petite fenêtre par étage alors qu'une porte abritée le jouxtant mène à la cave.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison Filiatrault-Latour située au 242, boulevard Sainte-Rose.
C001/A2,06.125

Maison Filiatrault-Latour située au 242, boulevard Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, bâtie vers 1780 - 1790. Elle est représentative de la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue ainsi un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle
québécoise. L'un de ses propriétaires à la fin du 18e siècle, Joseph Filiatrault, a donné le terrain pour construire la deuxième église de Sainte-Rose en 1788. Le conseil du village a siégé dans cette maison au milieu du 19e siècle ainsi que le premier secrétariat du village de Sainte-Rose en 1858. Le notaire Jean-Benjamin Latour en sera ensuite propriétaire, puis son fils le notaire Jean-Paul Latour. Connue sous la dénomination Maison Filiatrault-Latour. Décor dépouillé. Tirage photographique, coul.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0242).
Maison située au 243, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.127

Maison située au 243, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1868, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Une pancarte acrochée au-dessus de l'entrée affiche «Artisanat». Connue comme la maison Hartmann. Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi portant un toit à deux versants retroussés en tôle pincée et percé d'une lucarne rampante. Des cheminées s'élèvent à chaque extrémité. La façade, qui semble recouverte d'un enduit, est percée de deux portes et de trois fenêtres abritées par un toit en appentis qui surplombe la galerie sur toute sa largeur. Le côté droit est percé de deux fenêtres par étage et d'une plus petite au niveau du faîte.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0243).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.128

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et d'une partie du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On peut d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, sainte-Rose.
C001/A2,06.129

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, sainte-Rose.
Vue de la façade et d'une partie du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On peut d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.130

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de travaux de ravalement sur le côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On peut d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement. La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.131

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles. Sur la droite, on distingue une extension empiétant sur la galerie, et une affiche sur laquelle on lit «ANTIQUES». Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison située au 235, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.132

Maison située au 235, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle aurait été la résidence du docteur Avila Desrochers, dont la construction lui a été attribuée, ainsi que de monsieur Michel Roy. Ici, après avoir subie des modifications. Décor hivernal. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0235).
Maison située au 235, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.133

Maison située au 235, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle aurait été la résidence du docteur Avila Desrochers, dont la construction lui a été attribuée, ainsi que de monsieur Michel Roy. Ici, après avoir subie des modifications. Décor hivernal. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0235).
Maison Laroche située au 289, 291 et 291A, boulevard Sainte-Rose.
C001/A2,06.134

Maison Laroche située au 289, 291 et 291A, boulevard Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison, construite vers 1904, représentative du style Boomtown qui est en vogue au Québec de 1880 à 1930. Il s'agit ici de la variante avec toit plat, fausse mansarde et lucarnes pendantes. date inconnue. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire de trois étages en briqes portant un toit en mansarde en plaques de tôle. En façade, le rez-de-chaussée est percé de trois portes et de deux fenêtres, le deuxiéme étage de deux portes et de deux fenêtres donnant sur un balcon courrant sur toute sa largeur et surplombant le rez-de-chaussée. Le dernier étage est percé de trois trois lucarnes à fenêtres pendantes. Deux autres fenêtres du même type sont visibles sur le côté gauche. Connue comme la maison Laroche (?).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0289).
Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.135a

Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en bois construite en 1900. Elle fut la demeure de Marcel Deblois. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.135b

Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise en bois construite en 1900. Elle fut la demeure de Marcel Deblois. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.135c

Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'un bâtiment situé derrière une maison traditionnelle québécoise en bois construite en 1900. Elle fut la demeure de Marcel Deblois. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.135d

Maison située au 315, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade det du côté gauche 'une maison traditionnelle québécoise en bois construite en 1900. Elle fut la demeure de Marcel Deblois. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.136

Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison construite entre 1757 et 1817 apparentée à la maison d'esprit français. Bien qu'une pierre de date sur la maison indique 1757, la première mention d'une maison en pierre sur cette terre se trouve dans un acte de donation du 28 septembre 1817 de Michel Desjardins à ses enfants. En 1731, Pierre Labelle fils entre en possession de la terre. Elle est ensuite vendue en 1745 à son frère, Claude Labelle, qui l'habite avec son épouse Marie-Anne Quéneville, pendant 30 ans. Celle-ci la revend en 1775, suite à la mort de son mari. En 1757, année de la pierre de date, c'est Claude Labelle qui possède la terre. La maison aurait été rénovée en 1922. Elle fut la demeure de Yves Allard. Décor verdoyant. 1940. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0321).
Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.137

Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison construite entre 1757 et 1817 apparentée à la maison d'esprit français. Bien qu'une pierre de date sur la maison indique 1757, la première mention d'une maison en pierre sur cette terre se trouve dans un acte de donation du 28 septembre 1817 de Michel Desjardins à ses enfants. En 1731, Pierre Labelle fils entre en possession de la terre. Elle est ensuite vendue en 1745 à son frère, Claude Labelle, qui l'habite avec son épouse Marie-Anne Quéneville, pendant 30 ans. Celle-ci la revend en 1775, suite à la mort de son mari. En 1757, année de la pierre de date, c'est Claude Labelle qui possède la terre. La maison aurait été rénovée en 1922. Elle fut la demeure de Yves Allard. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0321).
Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.139

Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde en briques qui aurait été construite vers 1900, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Toutefois, cette date pourrait être revue à la baisse. On mentionne qu'elle aurait été édifiée vers 1870, date qui apparaît très plausible. Les briques auraient été moulées à la main. Elle fut la demeure de Raynald Boucher. Décor verdoyant. [Années 1970]. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0323).
Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.140

Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison à mansarde en briques qui aurait été construite vers 1900, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Toutefois, cette date pourrait être revue à la baisse. On mentionne qu'elle aurait été édifiée vers 1870, date qui apparaît très plausible. Les briques auraient été moulées à la main. Elle fut la demeure de Raynald Boucher. Décor hivernal. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0323).
Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.141

Maison située au 323, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison à mansarde en briques qui aurait été construite vers 1900, un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Toutefois, cette date pourrait être revue à la baisse. On mentionne qu'elle aurait été édifiée vers 1870, date qui apparaît très plausible. Les briques auraient été moulées à la main. Elle fut la demeure de Raynald Boucher. Décor dépouillé. Années 1970. Tirage photographique, coul.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0323).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.143

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.144a

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.144b

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Détail de la façade d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.144c

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue partielle de la façade d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.144d

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue partielle de la façade d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.146

Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison, construite vers 1740 ou 1750, apparentée à la maison d'esprit français. Ce courant architectural naît en Nouvelle-France dès le 17e siècle avec l'établissement des premiers colons français qui importent de leur contrée natale leurs façons traditionnelles de construire. Il se prolonge un peu après l'arrivée des Britanniques à la fin du 18e siècle. Cette maison est l'une des plus vieilles de Sainte-Rose. Elle a d'abord appartenu à la famille Filiatrault puis a été habitée pendant 200 ans par la famille Desjardins. En 1936, elle est achetée par des Anglophones d'Outremont. En 1972, le peintre Marcel Saint-Pierre s'en porte acquéreur et la restaure entièrement. Connue comme la maison Desjardins. Décor verdoyant.Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un éta ge et demi en moellons portant un toit à deux versants retroussés en tôle en baguettes percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres disposées symétriquement.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose PATR_0765).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.147a

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison traditionnelle québécoise à Sainte-Rose.
C001/A2,06.148

Maison traditionnelle québécoise à Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en moellons, bâtie en 1840 et qui aurait été située au 128 Chemin de la Petite Côte. Elle aurait été également été habitée par Réal (Athanase) Joly. Décor estival. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
C001/A2,06.149

Maison située au 765 et 775, rue des Patriotes, Sainte-Rose.
Vue rapprochée de la façade d'une maison, construite vers 1740 ou 1750, apparentée à la maison d'esprit français. Ce courant architectural naît en Nouvelle-France dès le 17e siècle avec l'établissement des premiers colons français qui importent de leur contrée natale leurs façons traditionnelles de construire. Il se prolonge un peu après l'arrivée des Britanniques à la fin du 18e siècle. Cette maison est l'une des plus vieilles de Sainte-Rose. Elle a d'abord appartenu à la famille Filiatrault puis a été habitée pendant 200 ans par la famille Desjardins. En 1936, elle est achetée par des Anglophones d'Outremont. En 1972, le peintre Marcel Saint-Pierre s'en porte acquéreur et la restaure entièrement. Connue comme la maison Desjardins. Décor verdoyant. 1980. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants retroussés en tôle en baguettes percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres disposées symétriquement.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose PATR_0765).
Maison située au 26, boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
C001/A2,06.150

Maison située au 26, boulevard Curé-Labelle, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1840. Elle apparaît notamment sur une carte postale produite en 1905-1906 par le photographe-éditeur Pinsonneault de Trois-Rivières. La famille Locas-Dutrisac-Miller y vécut de 1900 à 1986. En 1900, Anselme Locas, menuisier de Sainte-Rose, acquiert cette maison de pierre de Jovide Desjardins. Anselme Locas possédait du côté est de sa maison un atelier de menuiserie. Il louait également des annexes de sa maison aux estivants. De 1905 à 1908, il loua une partie de sa maison à des Montréalais qui y établirent un club baptisé Niscona probablement destiné à réunir des amateurs d'activités nautiques. Tous ceux qui se rendaient au chalet du SteRose Boating Club (aujourd'hui le site de la résidence Thérèse-Casgrain) devaient emprunter le chemin qui passait autrefois devant la maison. Cette maison fut plus tard utilisé par le restaurant AlexSim. Connue comme la maison Miller. Décor dépouillé. Tirage photographique, coul.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons portant un toit à deux versants retroussés en bardeaux d'asphalte et percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée s'élève à son extrémité droite. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquées de deux fenêtres. Le côté gauche est percé de deux fenêtres au rez-de-chaussée et d'une seule sous les combles. Un bâtiment jouxte la maison sur la droite.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose CULA_0026).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.151

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles. Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.152

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue rapprochée du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles. Sur la droite, on distingue une extension empiétant sur la galerie, et une affiche sur laquelle on lit «ANTIQUES». Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.153

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles. Sur la droite, on distingue une extension empiétant sur la galerie, et une affiche sur laquelle on lit «FLEURISTE 625-4393». Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.154

Maison située au 321, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison construite entre 1757 et 1817 apparentée à la maison d'esprit français. Bien qu'une pierre de date sur la maison indique 1757, la première mention d'une maison en pierre sur cette terre se trouve dans un acte de donation du 28 septembre 1817 de Michel Desjardins à ses enfants. En 1731, Pierre Labelle fils entre en possession de la terre. Elle est ensuite vendue en 1745 à son frère, Claude Labelle, qui l'habite avec son épouse Marie-Anne Quéneville, pendant 30 ans. Celle-ci la revend en 1775, suite à la mort de son mari. En 1757, année de la pierre de date, c'est Claude Labelle qui possède la terre. La maison aurait été rénovée en 1922. Elle fut la demeure de Yves Allard. Décor hivernal. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Auteuil SROS_0321).
Maison autrefois située au 326, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.155

Maison autrefois située au 326, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade et du côté gauche d'une maison en bois qui témoigne d'une influence de l'éclectisme victorien dans le Québec du 19e siècle. Ce fut la demeure du juge Thomas Fortin et la maison natale de Marc-Aurèle Fortin. Elle a été démolie en 1942. Décor hivernal. Photographe/don: José C. Limoges. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.156

Maison située au 328 et 330, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise construite vers 1880 avec influence du courant victorien de l'époque Cette maison a été la résidence de la famille du peintre Clarence Gagnon pendant un certain temps, probablement entre le début des années 1880 jusqu'à la fin des années 1880 ou au début des années 1890. Clarence Gagnon a vécu dans le village de Sainte-Rose de l'âge de deux à dix ans. Cette maison fut également la demeure de monsieur Jean-Pierre Bolduc. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Maison de plan rectangulaire d'un étage et demie en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à la canadienne percé de quatre lucarnes à fenêtre pendante. Une cheminée s'élève à chacune de ses extrémités. En façade, le rez-de-chaussée est percé de deux portes et de deux fenêtres abritées par un toit en appentis surplombant une galerie qui court sur tout sa largeur et une partie du côté gauche et droit. Le mur gauche est percé d'une petite fenêtre par étage alors qu'une porte abritée le jouxtant mène à la cave.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0328).
Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.157

Maison située au 329, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle
québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Elle aurait été construite vers 1892. Le peintre Marc-Aurèle Fortin a pensionné un certain temps dans cette maison et y serait peut-être né. Cette maison fut également la demeure de Laure Saint-Aubin. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0329).
Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.158

Maison située au 344, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1900, qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été la demeure de monsieur Arthur Désormaux. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0344).
Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.160

Maison située au 363, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Arnoldi. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maisond 'un étage et demi construite en moellons. De plan rectangulaire, cette maison possède un toit à deux versants retroussés en bardeaux de cèdre percé de deux lucarnes à pignons. La façade est dotée d'une porte, au seuil légèrement surélevé, et de trois fenêtres. Le côté droit du bâtiment est percé de deux fenêtres, plus petites sous les combles, à chaque étage.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0363).
Maison située au 3535, boulevard Sainte-Rose, Fabreville.
C001/A2,06.161

Maison située au 3535, boulevard Sainte-Rose, Fabreville.
Vue d'ensemble de la façade et du côté gauche d'une maison, construite vers 1818, représentative de la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. Cette maison serait associée à la ferme Sainte-Thérèse. Connue comme la maison Gérard Lebel (?). Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison en moellons d'un étage et demi portant un toit à deux versants droits en bardeaux d'asphalte percé de deux lucarnes à pignon. Une cheminée, construite à même les murs, s'élève à chaque extrémité. La façade est percée de deux portes flanquées de deux fenêtres abritées par un toit de tôle en appentis qui surplombe la galerie qui court sur tout la largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Fabreville SROS_3535).
Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.162

Maison située au 246, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et d'une partie du côté gauche d'une grande maison ayant subi des transformations afin de ressembler aux immeubles de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Ce bâtiment, originalement au toit mansardé construit ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900 occupe le site où était sise une petite maison de bois en pièces sur pièces, maison natale du curé Antoine Labelle, en 1833. On peut d'ailleurs distinguer la plaque qui commémore cet événement, ainsi qu'une enseigne où l'on peut lire «Ste Rose Coupons Remnants». La maison aurait, plus tard, été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Décor hivernal. Photographe/don: Maurice Roy. Tirage photographique, n&b.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0246).
Maison située au 152 et 154, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.163

Maison située au 152 et 154, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été construite entre 1750 et 1850. Elle est connue comme la maison Joly-Vaillancourt. Sur une affiche qui pend de l'avant-toit, on peut lire «It cirage - Cordonnerie A(?).Lanoue».

Le menuisier-charpentier Jean-Baptiste Joly, qui a réalisé le décor intérieur de l'église de Sainte-Rose, y réside à une période indéterminée. À partir de 1932, le cordonnier-sellier Cyrille Vaillancourt loge dans cette demeure. La partie est de la maison, avec sa vitrine commerciale et sa porte, abrite la boutique du cordonnier-sellier alors que la partie ouest sert de logement à la famille. À cette époque, plusieurs attelages de chevaux s'y arrêtaient pour des réparations puisque M. Vaillancourt était spécialisé dans le travail de sellier. Cyrille Vaillancourt y exerce son métier pendant plus de quarante ans. Par la suite, l'ancien apprenti, M. Lanoue, devient propriétaire de la boutique. Celle-ci est encore en activités à la fin des années 1970. En 2020, Doris Saint-Germain, comptable agréé, en est l'occupant. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0152).
Maison située au 174, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.164

Maison située au 174, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison franco-québécoise, résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. Cette résidence aurait été construite vers 1797. La firme Bougie Laframboise Avocats occupe le bâtiment depuis au moins 2009. Décor estival. La mention «D Léonard Montréal» apparaît sur la photographie. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0174).

Voir aussi C001/A2,06.063.
Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.165

Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de type traditionnel en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Cette maison porte la dénomination Maison Longpré-Ouimet. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0202).
Maisons situées au 35, 55, 60, 77, 79 et 81, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.167

Maisons situées au 35, 55, 60, 77, 79 et 81, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
35, boul. Sainte-Rose : Trois vues sur une maison traditionnelle québécoise en pierre, abritant un commerce. Sur une affiche, on arrive à lire «Chez Pépère - Salle à manger». Aujourd'hui disparue. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 1 à 3.

55, boul. Sainte-Rose : Vue partielle de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde d'inspiration Second Empire, construite vers 1868, dans un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison en pierre de Dolomie de Beekmantown possède une mansarde aux formes inhabituelles. Elle a appartenu à monsieur Hormidas Joly, puis à W.T. Stace. Voir aussi C001/A2,06.049 et C001/A2,06.168. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 4 et 5.

60, boul. Sainte-Rose : Vue de la façade et du côté gauche d'une maison de ferme, construite vers 1890, représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 6.

73, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison de style Boomtown, populaire surtout de 1900 à 1920. Aujourd'hui disparue. Décor verdoyant. Annnées 1970. Négatif # 11.

77, boul. Sainte-Rose : Vues de la façade et des côtés gauche et droit d'une maison tradionnelle québécoise en planche à clins, avec tambour, galerie vitrée et modifications au toit. Aujourd'hui disparue. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 9 et 10.

79, boul. Sainte-Rose : Vues de la façade et des côtés gauche et droit d'une maison traditionnelle québécoise en bois avec revêtement de papier-brique. Ce type d'habitation domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été construite vers 1875. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 8 et 12.

81, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise en planche à clins avec lucarnes et galerie en façade. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 7 et 12.

Planche contact (12 négatifs numérotés de 1 à 12), n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0055, SROS_0060 et SROS_0079).
Maisons situées au 55, 60, 64, 72, 80, 81, 88, 96 et 98, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.168

Maisons situées au 55, 60, 64, 72, 80, 81, 88, 96 et 98, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
55, boul. Sainte-Rose : Vue partielle d'une maison à mansarde d'inspiration Second Empire, construite vers 1868, dans un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Cette maison en pierre de Dolomie de Beekmantown possède une mansarde aux formes inhabituelles. Elle a appartenu à monsieur Hormidas Joly, puis à W.T. Stace. Voir aussi C001/A2,06.049 et C001/A2,06.168. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 8.

60, boul. Sainte-Rose : Vue de la façade et du côté gauche d'une maison de ferme, construite vers 1890, représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 9.

64, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison tradittionnelle québécoise en planche à clins, construite vers 1869, représentative d'un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 7.

72, boul. Sainte-Rose : Vue de la façade et du côté gauche d'une maison de style cubique, populaire dans la première moitié du 20e siècle. Cette maison a nainteanant une vocation commerciale (Boni-Soir). Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 6.

80, boul. Sainte-Rose : Vue de la façade et du côté droit d'une maison, construite vers 1906, et représentative du style vernaculaire américain qui remplace progressivement la maison traditionnelle québécoise à partir de la fin du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 4 et 5.

81, boul. Sainte-Rose : Vue du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise en planche à clins avec lucarnes et galerie en façade. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 3.

88, boul. Sainte-Rose : Trois vues d'ensemble d'une maison à mansarde avec influense Second Empire, construite vers 1865, en pierre à bossage et dans un style est très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 10, 11 et 12.

96 et 98, boul. Sainte-Rose : deux vues d'ensemble d'une maison à mansarde, construite vers 1881, en planche à clins, dans un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. A maintenant une vocation commerciale (Bob Cyclo). Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 1 et 2.

Planche contact (12 négatifs numérotés de 1 à 12), n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0055, SROS_0060, SROS_0064, SROS_0080, SROS_0088 et SROS_0096).
Maisons situées au 91, 101A, 105, 109, 111, 113, 121 et 127, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.169

Maisons situées au 91, 101A, 105, 109, 111, 113, 121 et 127, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
91, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1878, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 1.

101A, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une petite maison traditionnelle quécoise en planche à clins, aujourd'hui disparue. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 3.

105, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droite d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1901, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle a été déplacée et installée sur ce site. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 2.

109, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la faâde et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1885, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 4 et 5.

111, boul. Sainte-Rose : Trois vues d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison aurait été habitée par Frederic Back. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 6, 7 et 8.

113, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison de style Boomtown en planche à clins, construite entre 1880 et 1930, ou vers 1868 et ensuite complètement transformée, dans un style qui est en vogue au Québec entre la fin du 19e siècle et les trois premières décennies du 20e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 9.

121, boul. Sainte-Rose : Deux vues d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise en bois, construite vers 1915, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 10 et 12.

127, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en planche à clins. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 11.

Planche-contact (12 négatifs numérotés de 1 à 12), n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0091, SROS_0105, SROS_0109, SROS_0111, SROS_0113 et SROS_0121).
Maisons situées su 110, 112-114, 118-120, 126, 128, 131, 132 et 138, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.170

Maisons situées su 110, 112-114, 118-120, 126, 128, 131, 132 et 138, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
110 boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Une affiche suspendue au coin de l'extension, annonce «
Michel Sports». Décor estival. Années 1970. Négatif # 12.

112 et 114, boul. Sainte-rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise en planche à clins, construite vers 1896, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 11.

118 et 120, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise en planche à clins, construite vers 1896, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Aujourd'hui disparue. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 1.

126 boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde en planche à feuillures, construite vers 1891, dans un style très en vogue en milieu rural au Québec entre 1875 et 1920. Décor estival. Années 1970. Négatif # 2.

128, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison de style vernaculaire américain, construite vers 1891 ou peut-être après. Ici, le modèle avec toiture à demi-croupes assez populaire au Québec entre 1900 et 1950. Décor verdoyant. Années 1970. Négatif # 10.

129, 129A et 131, boul. Sainte-Rose : Trois vues d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1869, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Sur l'un des coins du bâtiment deux affiches annoncent CocaCola et 7UP. Ici, il s'agit d'un petit snackbar. La famille Poirier aurait demeurée dans cette maison. Décor dépouillé. Années 1970. Négatifs # 4, 5 et 8.

132, boul. Sainte-Rose : trois vues d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1849, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle aurait été construite par Michel Desjardins, propriétaire de la terre qu'il a héritée en 1832. La pierre au-dessus de la porte d'entrée principale témoigne de la date. On y trouve également les initiales M. D. qui semblent faire référence à Michel Desjardins. En 2020, le bâtiment est occupé par les bureaux de Christopher Skeetes, député de Sainte-Rose à l'Assemblée nationale du Québec, et avant lui, les bureaux de Jean Habel, également député. Décor dépouillé. Années 1970. Négatifs # 3, 7 et 9.

138, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la f^çade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1886, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor dépouillé. Années 1970. Négatif # 6.

[12 photos sur planche contact] 110, 112-114, 118-120, 126, 128, 131, 132 et 138 boulevard Sainte-Rose.
Maisons situées au 64, 219, 238, 240-242, 243, 244, 246-248, et 252, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.171

Maisons situées au 64, 219, 238, 240-242, 243, 244, 246-248, et 252, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
64, boul. Sainte-Rose : Deux vue d'ensemble d'une maison tradittionnelle québécoise en planche à clins, construite vers 1869, représentative d'un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Décor verdoyant. Années 1970. Négatifs # 11 et 12.

219, boul. Sainte-Rose : Vue partielle de la façade de l'église de Sainte-Rose-de-Lima, construite de 1852 à 1856 selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau. Années 1970. Négatif # 10.

238, 238A et 238B, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade d'une maison qui témoigne de l'éclectisme victorien en vogue des années 1880 aux années 1920 au Québec. Celle-ci fut bâtie entre 1903 et 1911. Félix Labelle, contracteur et maire du village de Sainte-Rose, achète le terrain, vacant, en 1903 et 1904. Celui-ci est ensuite offert en cadeau de mariage à sa fille Augustine Labelle qui épouse le médecin Napoléon Plouffe en 1903. Une maison y est construite qui servira de résidence d'été à Augustine. En 1911, cette dernière, maintenant veuve de Napoléon Plouffe, vend la maison à Régine Gougeon, épouse de Joseph O. Trudel. Par la suite, plusieurs occupants se succèdent. En 1965, la maison est louée par les propriétaires actuels, les notaires Vaillancourt qui l'achètent en 1974 et l'occupent encore aujourd'hui (Vaillancourt, Vaillancourt et Bigras), en 2020. Décor hivernal. Années 1970. Négatifs # 1 et 9.

240 et 242 boul. Sainte-Rose : Quatre vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, bâtie vers 1780 - 1790, connue comme la maison Filiatrault-Latour. Elle est représentative de la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue ainsi un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. L'un de ses propriétaires à la fin du 18e siècle, Joseph Filiatrault, a donné le terrain pour construire la deuxième église de Sainte-Rose en 1788. Le conseil du village a siégé dans cette maison au milieu du 19e siècle ainsi que le premier secrétariat du village de Sainte-Rose en 1858. Le notaire Jean-Benjamin Latour en sera ensuite propriétaire, puis son fils le notaire Jean-Paul Latour. Décor estival. Années 1970. Négatifs # 2, 3, 6, et 7.

243, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1868, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Connue comme la maison Hartmann. Décor estival. Années 1970. Négatif # 4.

244, boul. Sainte-Rose : Vue éloignée et partielle d'une maison, construite vers 1926, représentative d'un type de résidences issu de l'architecture vernaculaire industrielle, la maison cubique ou Four Square House. Modèle créé aux États-Unis en 1891 par l'architecte Frank Kidder, il est rapidement diffusé au Canada par les catalogues de plans. Elle est devenue le restaurant Les Menus-Plaisirs depuis 1982. Elle est reliée à la maison voisine (246-248, boul. Sainte-Rose) dans laquelle on trouve aujourd'hui des studios et des chambres. Sur la gauche, on peut voir la maison Filiatrault-Latour, au 240 et 242 boul. Sainte-Rose Décor estival. Années 1970. Négatif # 7.

246 et 248, boul. Sainte-Rose : Trois vues éloignées d'une grande maison au toit mansardé construite ou résultat d'une transformation entre 1870 et 1900. Le site était auparavant occupé par une petite maison de bois en pièces sur pièces où est né le curé Antoine Labelle en 1833. Elle aurait été la demeure de famille Ouellette et Durocher dans les années 1930, et de M. Major. Décor estival. Années 1970. Négatifs # 6 , 7 et 8.

252, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une grande maison de type plex (duplex, triplex, et autres), dérivés du style Boomtown, qui apparaissent au début du 20e siècle dans les grandes villes nord-américaines. Située à l'intersection du boulevard Sainte-Rose et de la rue du Plateau-Ouimet, on trouve, au rez-de-chaussée, un petit commerce donnant sur le coin de la rue. Décor estival. Années 1970. Négatif # 5.

Planche-Contact (12 négatifs numérotés de 1 à 12), n&b.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0064, SROS_0219, SROS_0238, SROS_0240, SROS_0243, SROS_0244, SROS_0246)
Maisons situées au 202, 204, 208, 213, 214, 218, 233, 235, 237-239 et 241, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.172

Maisons situées au 202, 204, 208, 213, 214, 218, 233, 235, 237-239 et 241, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
202, boul. Sainte-Rose : Deux vues d'ensemble d'une maison en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Décor estival. Années 1970. Négatifs # 3 et 4.

204, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison, construite vers 1900, représentative du style vernaculaire américain, plus particulièrement du modèle avec un plan en L qui est le résultat d'un croisement avec le courant dit «pittoresque». Ce type de maison est également doté d'une galerie couverte et d'une plus grande surface habitable. Connue comme la maison Lambert. Décor estival. Années 1970. Négatif # 2.

208, boul. Sainte-Rose : Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite, peut-être vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Une affiche au contenu illisible est accrochée près de la porte. Cette maison a accueilli le bureau d'enregistrement des municipalités de l'île Jésus, aménagé dans la résidence du notaire F.-X. Léonard (section avec la toiture à deux versants). En 1961, la Caisse Populaire de Sainte-Rose en quête de plus grands locaux déménage dans la bâtisse. Cette maison fut également la demeure de la famille Jean Drapeau. Depuis 2009, ou avant, la bâtisse est occupée par une étude de notaires. Décor estival. Années 1970. Négatif # 1.

211 et 213, boul. Sainte-Rose : Vue en enfilade de l'ancienne Académie Sainte-Rose ou ancien collège des Frères de Saint-Gabriel qui viennent s'y installer vers 1910-1911 aussitôt que la construction de l'édifice se termine. Cet ancien collège est représentatif du courant Beaux-Arts, tendance fort prisée dans l'architecture commerciale et institutionnelle des premières décennies du 20e siècle. Le bâtiment est agrandi en 1935 selon les plans de la firme d'architectes Gascon & Parant, puis en 1958 pour dispenser le cours secondaire jusqu'à la onzième année. L'établissement est connu sous plusieurs désignations : le collège Sainte-Rose, l'Académie Sainte-Rose, l'école Latour et l'école Villemaire en 1958, en l'honneur de J.-Fernando Villemaire, président de la commission scolaire de 1949 à 1964. Depuis l'ouverture de l'école secondaire Curé-Antoine-Labelle en 1963, l'école Villemaire ne dispense que le cours primaire. Décor estival. Années 1970. Négatif # 6.

214, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de l'arrière d'une bâtisse de style second Empire ayant subie de nombreuses alérations. Cette bâtisse constitue la première école du village de Sainte-Rose. Depuis sa fermeture en 1910, le bâtiment a logé plusieurs fonctions dont une centrale téléphonique, un bureau de poste, un poste de police et d'incendie et un hôtel de ville. Après 1949, la mairie de Sainte-Rose s'installe à l'étage. Durant cette période, on procède à des rénovations qui rendent méconnaissable le bâtiment. Le toit mansardé, les lucarnes et le clocheton disparaissent au profit d'un toit plat. Des travaux effectués en 1986 redonnent au bâtiment son allure de 1901. Décor estival. Années 1970. Négatif # 5.

218, boul. Sainte-Rose : Deux vues d'une maison traditionnelle québécoise, construite en 1859, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est l'ancienne demeure du bedeau qui a été construite en 1859 avec la pierre et le bois réutilisés suite à la démolition de la deuxième église construite en 1788 et démantelée dans les années 1850 avec l'édification du lieu de culte actuel. Depuis 1840, la maison du bedeau était située à l'ouest de l'église, sur le terrain actuel de l'ancien couvent des Soeurs de Sainte-Croix. En mauvais état, cette maison est remplacée par une nouvelle demeure en 1859, toujours pour loger le bedeau de la paroisse et sa famille. De 1952 à 1956, la Caisse Desjardins y loue une pièce et y ouvre un comptoir. À partir de 1960, plusieurs commerces s'y succèdent. Depuis 1985, le bâtiment a uniquement une fonction commerciale (Boutique Coiffure Christine, Le Berlingot - Bar laitier). Décor estival. Années 1970. Négatifs # 7 et 8.

233, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble de l'ancien couvent de Sainte-Rose, construit en 1875-1876 selon les plans de l'architecte Victor Bourgeau, et représentatif du style Second Empire, un courant architectural fort prisé entre le milieu et la fin du 19e siècle par l'élite religieuse et bourgeoise canadienne-française dans la construction de bâtiments institutionnels et de résidences opulentes. Le couvent est dirigé par les Soeurs de Sainte-Croix qui viennent s'installer à Sainte-Rose pour prendre en charge l'éducation des jeunes filles. La pierre de maçonnerie provient des carrières de l'entrepreneur Félix Labelle. Le portail de la façade a été modifié au début des années 1900. Avec l'augmentation du nombre d'étudiantes, le couvent est agrandi en 1912. Cet agrandissement est effectué selon les plans de l'architecte Joseph Sawer et l'entrepreneur est Félix Labelle. L'espace du couvent s'en trouve ainsi doublé. Un autre agrandissement est réalisé en 1947. Le couvent est également connu sous le nom de Pensionnat Saint-Charles et dispense l'enseignement aux jeunes filles et à tous les enfants du niveau de la maternelle (jardin de l'enfance). Il sert d'école pour filles, de pensionnat et d'externat jusqu'en 1976. L'établissement servira de maison d'accueil pour les religieuses retraitées avant d'être utilisé à des fins commerciale. Décor estival. Années 1970. Négatif # 9.

235, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1865, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Elle aurait été la résidence du docteur Avila Desrochers, dont la construction lui a été attribuée, ainsi que de monsieur Michel Roy. Ici, après avoir subie des modifications. Décor estival. Années 1970. Négatif # 10.

237 et 239, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison cubique à deux étages, située à l'intersection du boulevard Sainte-Rose et de la rue Cantin. Décor estival. Années 1970. Négatif # 11.

241, boul. Sainte-Rose : Vue d'ensemble d'une maison cubique à deux étages, située à l'intersection du boulevard Sainte-Rose et de la rue Cantin. En devanture, une afffiche sur laquelle on peut lire «Épicerrie Charbonneau». Décor estival. Années 1970. Négatif # 12.

Planche-contact (12 négatifs numérotés de 1 à 12), n&b.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose (SROS_0208, SROS_0202, SROS_0204, SROS_0211, SROS_0214, SROS_0218, SROS_0233, SROS_0235)
Maison ancestrale à Sainte-Rose.
C001/A2,06.176

Maison ancestrale à Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise. Emplacement non identifié à l'ouest du village de Sainte-Rose. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en pierre de taille portant un toit à deux versants droits en bardeaux d'asphalte et percé d'une lucarne rampante. Trois cheminées sélèvent au-dessus du faîte, une à chacune de ses extrémités, construites à même les murs, et une en son milieu. La façade est percée de deux portes flanquées de trois fenêtres abritées par un toit en appentis qui surplombe une galerie qui court sur toute sa largeur. Le mur gauche est percé de deux fenêtres sous les combles. Une petite extension de deux étages avec porte et fenêtre jouxte le mur gauche.
Maison traditionnelle québécoise à Sainte-Rose.
C001/A2,06.180

Maison traditionnelle québécoise à Sainte-Rose.
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise en moellons. Ici, la maison, située à l'ouest du village, est abandonnée. Décor verdoyant. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.181

Maison située au 202, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'une maison de type traditionnel en pierre de taille, construite vers 1816, représentative du courant néoclassique issu de l'architecture britannique au 19e siècle Cette demeure hébergea Pascal-Adélard Longpré, maire de 1918 à 1936, puis Joseph «Jos» Ouimet, également maire de Sainte-Rose (1936-1950). Au début du XXe siècle, la maison sert entre autres de local pour la Banque Provinciale (1913), puis pour la Caisse populaire de Sainte-Rose de 1959 à 1961. Elle fut ensuite occupée par le Dr. Michel Roy, optométriste (1942-2019) et héberge maintenant la Clinique Visuelle Sainte-Rose. Cette maison porte la dénomination Maison Longpré-Ouimet. Décor estival. Tirage photographique, n&b.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0202).
Château Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.182

Château Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue du Château Sainte-Rose depuis l'approche principale. On peut distinguer la partie droite du bâtiment principal qui s'élève sur deux étages et surmonté d'un toit à deux versants percé d'une lucarne à pignon. L'entrée est devancée par un porche à voiture, alors que la partie de droite est occupée par une galerie vitrée abritée par un toit en appentis. De part et d'autre du chemin d'approche, on peut voir des chaises et des parasols. Le Château, longtemps utilisé comme annexe de l'hôtel Robert, était situé au 305, boulevard Sainte-Rose, au coin nord-ouest de l'intersection des actuels boulevards Curé-Labelle et Sainte-Rose. Décor estival. Photographe: D. Léonard, Montréal. Tirage photographique, n&b.
Maison située au 208, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose
C001/A2,06.183

Maison située au 208, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose
Vue de la façade et du côté droit d'une maison traditionnelle québécoise, construite, peut-être vers 1830, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Une affiche au contenu illisible est accrochée près de la porte. Cette maison a accueilli le bureau d'enregistrement des municipalités de l'île Jésus, aménagé dans la résidence du notaire F.-X. Léonard (section avec la toiture à deux versants). En 1961, la Caisse Populaire de Sainte-Rose en quête de plus grands locaux déménage dans la bâtisse. Cette maison fut également la demeure de la famille Jean Drapeau. Depuis 2009, ou avant, la bâtisse est occupée par une étude de notaires. Décor verdoyant. Photographe : D. Léonard, Montréal. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en maçonnerie recouverte d,un crépi et portant un toit à deux versants retroussés en en tôle à baguette. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres. Le mur droit est percé de quatre fenêtres (dont trois sont visibles) au rez-de-chaussée et de deux sous les combles. Sur la gauche, un autre bâtiment jouxte la maison.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0208).
Maison Filiatrault-Latour située au 242, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.184

Maison Filiatrault-Latour située au 242, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1780-1790, représentative de la maison franco-québécoise, résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle constitue ainsi un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. Cette maison est connue sous la dénomination Maison Filiatrault-Latour. Décor dépouillé. Date inconnue. Photographe: Yvon ouimet. Tirage photographique, n&b.

Notes: L'un de ses propriétaires à la fin du 18e siècle, Joseph Filiatrault, a donné le terrain pour construire la deuxième église de Sainte-Rose en 1788. Le conseil du village a siégé dans cette maison au milieu du 19e siècle ainsi que le premier secrétariat du village de Sainte-Rose en 1858. Le notaire Jean-Benjamin Latour en est ensuite propriétaire, puis son fils le notaire Jean-Paul Latour.

Informations tirées de la base de données patromoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0242).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.185

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles. Sur la droite, on distingue une extension empiétant sur la galerie, et une affiche sur laquelle on lit «ANTIQUES». Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, coul.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison située au 238, 238A et 238B, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.186

Maison située au 238, 238A et 238B, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison qui témoigne de l'éclectisme victorien en vogue des années 1880 aux années 1920 au Québec. Celle-ci fut bâtie entre 1903 et 1911. Félix Labelle, contracteur et maire du village de Sainte-Rose, achète le terrain, vacant, en 1903 et 1904. Celui-ci est ensuite offert en cadeau de mariage à sa fille Augustine Labelle qui épouse le médecin Napoléon Plouffe en 1903. Une maison y est construite qui servira de résidence d'été à Augustine. En 1911, cette dernière, maintenant veuve de Napoléon Plouffe, vend la maison à Régine Gougeon, épouse de Joseph O. Trudel. Par la suite, plusieurs occupants se succèdent. En 1965, la maison est louée par les propriétaires actuels, les notaires Vaillancourt qui l'achètent en 1974 et l'occupent encore aujourd'hui, en 2020. Décor hivernal. Date inconnue. Tirage photographique n&b.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0238).
Maison située au 238, 238A et 238B, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.187

Maison située au 238, 238A et 238B, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade d'une maison qui témoigne de l'éclectisme victorien en vogue des années 1880 aux années 1920 au Québec. Celle-ci fut bâtie entre 1903 et 1911. Félix Labelle, contracteur et maire du village de Sainte-Rose, achète le terrain, vacant, en 1903 et 1904. Celui-ci est ensuite offert en cadeau de mariage à sa fille Augustine Labelle qui épouse le médecin Napoléon Plouffe en 1903. Une maison y est construite qui servira de résidence d'été à Augustine. En 1911, cette dernière, maintenant veuve de Napoléon Plouffe, vend la maison à Régine Gougeon, épouse de Joseph O. Trudel. Par la suite, plusieurs occupants se succèdent. En 1965, la maison est louée par les propriétaires actuels, les notaires Vaillancourt qui l'achètent en 1974 et l'occupent encore aujourd'hui, en 2020. Décor automnal. Tirage photographique n&b.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0238).
Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
C001/A2,06.188

Maison située au 255, boulevard Sainte-Rose, Sainte-Rose.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1856, dans un style qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Cette maison est connue sous la dénomination Maison Ouimet. Décor dépouillé. Tirage photographique, n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en moellons et chaînages portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé de trois lucarnes à pignon. Une cheminée (non visible) construite à même les murs s'élève sur son côté gauche. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres abritée par un avant-toit qui surplombe une galerie courant sur toute sa largeur. Le côté gauche est percé d'une fenêtre au rez-de-chaussée et de deux plus petites sous les combles.

Note historique : La terre appartient d'abord à la famille Filiatrault. Vers 1833, les Ouimet s'en portent acquéreurs. Elle est ensuite cédée à Michel Ouimet (frère de Paul Ouimet et Marguerite Foucault [Faucault], époux d'Élisabeth Filiatrault, qui construit ou fait construire cette demeure vers 1856 (d'autres sources avancent également 1845, 1852 et 1854). On rapporte que les pierres de la demeure proviennent de la démolition de la deuxième église de Sainte-Rose qui avait été érigée en 1788. Paul Ouimet donne sa terre à son fils Anselme (père de Séraphin Ouimet (d.1964), ingénieur, et de Charles Ouimet, surintendant de la ville de Sainte-Rose, qui y serait nés) qui y sont tous nés. En 1929, la maison fut vendue au fils d'Anselme, Charles Ouimet, et la maison fut habitée par ses deux filles, Anna et Rita Ouimet, musiciennes, qui ont tenu dans l'annexe vitrée, construite vers 1935, un petit commerce de mercerie, de tissus et de chapeaux. Parmi les résidents connus: les frères Séraphin Ouimet, arpenteur-géomètre, et Charles Ouimet, chef de la police et des pompiers, ainsi que Joseph-Aldéric Ouimet (1847-1916), avocat, député fédéral conservateur, lieutenant-colonel de la milice du 65e Régiment des Fusiliers Mont-Royal et ministre des Travaux publics (1892-1896). Anna Ouimet est la dernière de sa famille à posséder la maison. Celle-ci est vendue en 1977 à Manfred Dewies et C. D. Rekinger qui l'occupaient comme locataires depuis 1970. Une seconde annexe en pièce sur pièce est ajoutée vers la fin des années 1970 par Manfred Dewies. Cette maison était située immédiatement à l'est du château Normand (Ancien château Vanier).

Informations en partie tirée de la base de données de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Rose SROS_0255).
Maison de type Boomtown autrefois située à Sainte-Rose.
C001/A2,06.189

Maison de type Boomtown autrefois située à Sainte-Rose.
Vue de la façade d'une maison de plan carré de type «Boomtown», probablement construite entre 1890 et 1920, de deux étages en planche à clins. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres, un arrangement reproduit à l'étage. Une galerie court sur les deux niveaux mais se poursuit sur le côté gauche au rez-de-chaussée. Décor hivernal. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.
Maison à mansarde autrefois située à Sainte-Rose.
C001/A2,06.191

Maison à mansarde autrefois située à Sainte-Rose.
Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison à mansarde de style Second Empire, particulièrement populaire entre 1880 et 1920.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi en planche à clins portant un toit mansardé à deux versants recouverts de bardeaux de cèdre. À chaque extrémité, une cheminée coiffe le faîte du toit. En façade, le rez-de-chaussée est percé d'une porte flanquée de deux fenêtres et à l'étage de deux fenêtres. Le côté droit est percé de deux fenêtres au rez-de-chaussée et d'une seule à l'étage. Une galerie abritée par un toit en appentis court le long de la façade et du mur droit, menant à une extension à toit plat et percé d'une porte et de deux fenêtres. Sur un écriteau on peut lire «Chaloupes à louer - Ménés à vendre», et sur la photo «Ste Rose 1927». Décor estival. 1927. Tirage photographique, n&b.

.
Maison autrefois située au 1115 et 1117, rue du Plateau-Ouimet, Sainte-Rose.
C001/A2,06.192

Maison autrefois située au 1115 et 1117, rue du Plateau-Ouimet, Sainte-Rose.
Vue rapprochée de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1886, d'un étage et demi en planche à clins portant un toit à deux versants droits en tôle à baguettes et percé de deux lucarnes à pignon. Le rez-de-chaussée est percée de deux portes et de deux larges fenêtres disposée en miroir. Une galerie, abritée par un toit en appentis, courre le long de la façade. Une banderole sur laquelle on peut lire «Vive Jésus», des festons, des drapeaux du Québec ornés du Carillon-Sacré-Coeur et deux petites plaques portant le numéro 202 décorent la façade. Sur la galerie, on peut apercevoir Marie-Rose Désormeaux, première épouse de Charles Ouimet, et huit autres personnes non identifiées. Décor verdoyant. Années 1940. Tirage photographique, n&b.
Château Normand, Sainte-Rose.
C001/A2,06.195

Château Normand, Sainte-Rose.
Vue d'ensemble d'un bâtiment imposant de trois étages et demi de plan en L ou en T. L'élément distinctif du bâtiment est une tourelle fenestrée pourvue d'un toit conique percé d'oeils-de-boeuf qui domine cette structure élaborée. Les toits, recouverts de bardeaux de bois, en croupe et en appentis, sont percés de lucarnes à fenêtre pendante ou d'un oeil-de-boeuf. Le rez-de-chaussée s'orne d'une abondante fenestration, d'une galerie livrant accès à l'entrée principale, et d'une véranda vitrée qui occupe le côté droit. Le décor est champêtre. Le bâtiment a brulé en 1959. Aujourd'hui, remplacé par le 257-261 boulevard Sainte-Rose. Inscrit en blanc au bas de l'image : Château Normand - Ste-Rose. Années 1950. Carte postale, n&b.
Restaurant et épicerie J.O. Labelle, à Sainte-Rose.
C001/A3,01.03

Restaurant et épicerie J.O. Labelle, à Sainte-Rose.
Une femme se tient à l'entrée de la propriété sur laquelle se trouve le commerce. Des panneaux et affiches publicitaires annoncent : Crème glacée Montreal Dairy, Cigarettes Turret, Coca-Cola, Old Chum. Décor estival. [Années 1920-1930]. Tirage photographique: n&b.
Restaurant et épicerie J.O. Labelle, à Sainte-Rose.
C001/A3,01.04

Restaurant et épicerie J.O. Labelle, à Sainte-Rose.
Vue de la façade d'un bâtiment de deux étages de style boomtown en clins de bois dont le rez-de-chaussée est occupé par le restaurant et l'épicerie. Des panneaux et affiches publicitaires annoncent : Coca-Cola, Orange Crush, Orange Montreal, Cigarettes Turret, Oxo. Sur une pancarte clouée à un arbre on peut lire «Maison à louer». Décor estival. Vers 1920. Tirage photographique: n&b.
Le magasin de Ludger Bélanger, à Sainte-Rose.
C001/A3,02.05

Le magasin de Ludger Bélanger, à Sainte-Rose.
Ludger Bélanger tenait un magasin général - boucherie - épicerie situé au rez-de-chaussée du 142, 142A, 144, 146, 146A et 146B, boulevard Saint-Rose dans un bâtiment en brique de deux étages de style Boomtown. Ici, les employés (dont deux jeunes garçons), en uniforme, et les propriétaires posent pour la caméra à l'intérieur du magasin. Les étagères et les présentoirs sont chargés de boîtes de conserve, de bouteilles de bière, de produits non périssables, alors qu'un comptoir réfrigéré abritent charcuterie et fromages. Années 1940. Tirage photographique: n&b.
Manufacture Stella Dress.
C001/A3,03.01

Manufacture Stella Dress.
Cette ancienne manufacture, construite dans les années 1940, était spécialisée dans la confection pour dames. Autrefois située au 15, boulevard Curé-Labelle, à Sainte-Rose, on l'a voit ici, à l'état d'abandon, portes et fenêtres placardées. Décor hivernal. [Années 1960]. Tirage photographique: n&b.
Manufacture Stella Dress.
C001/A3,03.02

Manufacture Stella Dress.
Cette ancienne manufacture, construite dans les années 1940 et située au 15, boulevard Curé-Labelle, à Sainte-Rose, était spécialisée dans la confection pour dames. Décor estival. [Années 1940-1950]. Tirage photographique: n&b.
Ancienne usine de traitement d'eau de Sainte-Rose.
C001/A3,03.03

Ancienne usine de traitement d'eau de Sainte-Rose.
Il s'agit d'un bâtiment d'un étage et demi en brique, au toit pentu recouvert de tôle à la canadienne, et pourvu d'une cheminée. Décor estival. Vers 1940. Tirage photographique: n&b.
Plaque commémorant l'inauguration de la centrale de traitement d'eau de Sainte-Rose en 1961.
C001/A3,03.04

Plaque commémorant l'inauguration de la centrale de traitement d'eau de Sainte-Rose en 1961.
Sur cette plaque on peut lire «VILLE DE SAINTE-ROSE - CENTRALE DE TRAITEMENT D'EAU - 1961 - M. Olier Payette, Maire - MM. Les Échevins - James J. Stafford - Aristide Cloutier - Fred R. Bertrand - Armand Jasmin - François Mayotte - Armand Archambault - M. Léo Labonville, Secrétaire-Trésorier - M. Charles-Édouard Gravel. B.A., B. Sc. A., Ingénieur Conseil - M. Jean-Baptiste Nobert, B. Sc. A., Ingénieur Professionnel - Jasmin Construction Inc. Construction du Bâtiment - Francis Hankin Cie Ltée. Installation de la Mécanique - Cie Canadienne des Eaux et de l'Ozone Ltée - Stérilisation par l'Ozone». 1961. Tirage photographique: n&b.
Hôtel Cyr, à Sainte-Rose.
C001/A3,04.04

Hôtel Cyr, à Sainte-Rose.
Cet établissement construit vers 1900 était la propriété d'Ubald Cyr. Le bâtiment mansardé en pierre de trois étages et demi était situé sur le coin nord-est de l'intersection de la rue du Pont (aujourd'hui le boul. Curé-Labelle) et du boulevard Sainte-Rose, tout près du Sainte-Rose Boating Club. Ici, en 1910. Décor estival. Tirage photographique: n&b.
Pharmacie Bernard, à Sainte-Rose.
C001/A3,05.01

Pharmacie Bernard, à Sainte-Rose.
L'établissement était autrefois situé au 200, boulevard Sainte-Rose. [Années 1960]. Tirage photographique: coul.
Voiture de livraison de la boucherie J. O. Labelle, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.02

Voiture de livraison de la boucherie J. O. Labelle, à Sainte-Rose.
Un homme est assis à l'avant d'une voiture tirée par un cheval. Sur la voiture on peut lire «J. O. LABELLE - BOUCHER», alors qu'on distingue des bâtiments de ferme en arrière-plan. Décor estival. 1928. Tirage photographique: n&b.
Charcuterie Sainte-Rose Enrg., à Sainte-Rose.
C001/A3,07.03

Charcuterie Sainte-Rose Enrg., à Sainte-Rose.
Cette charcuterie était situé au 284 et 286, boulevard Sainte-Rose. Sur un panneau placé en façade on peut lire «CHARCUTERIE STE-ROSE ENRG - SPÉCIALITÉS DU GOURMET». D'autres affiches déclinent les produits vendus par la maison. Cette résidence de style traditionnel québécois fut construite en 1860 et fut la demeure de M. Georges. En juillet 1983, le restaurant La vieille histoire s'y installe. Son succésseur, le restaurant Le Black Forest, propriété de Mélanie Joannette et Jean-François Pépin, s'y établira en avril 2017. Décor estival. Avant 1983. Tirage photographique: n&b.
Fabrication de la pâte à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.04

Fabrication de la pâte à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
Un homme vêtu de blanc s'active près d'une machine qui travaille et coupe la pâte à l'intérieur de la Boulangerie Vanier et Frères Ltée, située au 107, Saint-François, à Sainte-Rose. Sur le sol reposent des boîtes ouvertes de levure Lallemand. 1962. Photographe: Laurent Vanier. Tirage photographique: n&b.
Le four à pain à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.05

Le four à pain à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
Deux hommes vêtus de blanc s'affairent auprès d'un four à pain à l'intérieur de la Boulangerie Vanier et Frères Ltée, située au 107, Saint-François, à Sainte-Rose. En avant-plan, sur la gauche, on peut voir un chariot contenant des pains qui sortent du four. 1962. Photographe: Laurent Vanier. Tirage photographique: n&b.
Empaquetage à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.06

Empaquetage à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
Deux hommes s'affairent auprès de la machine servant à empaqueter les pains, à l'intérieur de la Boulangerie Vanier et Frères Ltée, située au 107, Saint-François, à Sainte-Rose. 1962. Photographe: Laurent Vanier. Tirage photographique: n&b.
Malaxage de la pâte à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.07

Malaxage de la pâte à la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
Deux hommes vêtus de blanc s'affairent auprès de la machine servant à malaxer la pâte utilisée dans la fabrication du pain. L'un des ouvriers porte un calot sur lequel on peut lire «FARINE ROBIN HOOD FLOUR». Sur la machinerie on retrpouve la marque du fabricant «THE J.H. DAY COMPANY, CINCINNATI, OHIO». La Boulangerie Vanier et Frères Ltée était située au 107, Saint-François, à Sainte-Rose. 1962. Tirage photographique: n&b.
Noël à la Boulangerie Vanier & Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.08

Noël à la Boulangerie Vanier & Frères, à Sainte-Rose.
Une quarantaine d'enfants accompagnés de quelques adultes dont un père Noël et un clown sont réunis pour la fête de Noël organisée par la Boulangerie Vanier & Frères Ltée. 1964. Photographe: Laurent Vanier. Tirage photographique: n&b.
L'équipe de livraison de la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
C001/A3,07.09

L'équipe de livraison de la Boulangerie Vanier et Frères, à Sainte-Rose.
Un groupe de 22 hommes en uniforme de livreur et deux hommes en civil posent pour un portrait de groupe à la Boulangerie Vanier et Frères Ltée, située au 107, Saint-François, à Sainte-Rose. Au centre de la composition se trouve une affiche posée sur le sol enneigé et sur laquelle on peut lire «Boulangerie Vanier Frères - Pain et Gâteaux - Ste-Rose de Laval» et dans un médaillon on distingue le chiffre 50. Décor hivernal. Décembre 1962. Photographe: Laurent Vanier. Tirage photographique: n&b.
Le village de Sainte-Rose.
P080/A1.196

Le village de Sainte-Rose.
Vue d'une artère de Sainte-Rose. Tirage photographique (copie): n&b.

Retour à la page d'introduction        


Les documents sur notre site web sont diffusés à des fins de recherche et de référence seulement. La reproduction ou l’utilisation de nos documents, que ce soit à des fins commerciales ou non commerciales, est strictement interdite sans avoir obtenu l’autorisation écrite de l’organisme au préalable.
Pour l’utilisation de nos fichiers et pour avoir accès à des fichiers en haute résolution, consultez les conditions d’utilisation.
Contactez-nous par courriel (info-cal@shgij.org) en spécifiant les documents concernés et pour quelle utilisation la demande est faite.