Chercher le terme   dans Trier  
  

 8 document(s) trouvé(s)0     [Imprimer la liste]
Images concernant «sainte-dorothée» : Sujet  60 / 0

Liste des images pour le sujet «sainte-dorothée»
ImageNo imageTitre
Maison située au 749, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
C001/A2,06.193

Maison située au 749, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
Vue du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1832, assurément avant 1859, pour la famille Lachaine. Cette maison est apparentée à la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle est un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. Décor estival. Cette maison porte la dénomination Maison Lachaine. [Années 1960-1970]. Tirage photographique, n&b.

Note historique : Jean-Baptiste Lachaine obtient la terre en 1785. Jean-Baptiste Lachaine fils, enfant de Marie-Thérèse Clairoux et de Jean-Baptiste Lachaine père, épouse en 1832, Marie-Thérèse Clairoux, fille de Marie Angélique Lemieux et de Michel Clairoux. La maison pourrait se trouver sur la terre à ce moment. Le 3 janvier 1859, le couple fait donation de leur ferme à leur fils, aussi nommé Jean-Baptiste, et son épouse Olive Perrier. La mention d'une maison en pierre, est mentionnée pour une première fois dans l'acte de donation. Jean-Baptiste Lachaine décède en 1867. Par la suite, la maison demeure la propriété de la famille Lachaine jusqu'en 1871 lorsque Louis et François Plouffe achètent la ferme. Les Plouffe se départissent de la maison et de ses bâtiments de ferme en 1876. Martin Laurin, époux d'Esther Touchette, en devient propriétaire. En 1906, Esther Touchette, veuve depuis plusieurs années, vend sa propriété à Michée Dorion. Par la suite, plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'à son achat par Suzanne Huot et Pierre Cormier en 1983. Le couple reçoit le premier prix du patrimoine de Laval en 2000 pour la restauration du bâtiment secondaire.

Informations tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Dorothée SANT_0749).
Maison située au 749, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
C001/A2,06.194

Maison située au 749, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
Vue rapprochée du côté gauche et de la façade d'une maison traditionnelle québécoise, construite vers 1832, assurément avant 1859, pour la famille Lachaine. Cette maison est apparentée à la maison franco-québécoise qui est le résultat de l'intégration de l'architecture néoclassique anglaise importée par les Britanniques à la fin du 18e siècle aux façons traditionnelles de construire en Nouvelle-France. Elle est un modèle de transition entre la maison d'esprit français et la maison traditionnelle québécoise. Décor estival. Cette maison porte la dénomination Maison Lachaine. [Années 1960-1970]. Tirage photographique, n&b.

Note historique : Jean-Baptiste Lachaine obtient la terre en 1785. Jean-Baptiste Lachaine fils, enfant de Marie-Thérèse Clairoux et de Jean-Baptiste Lachaine père, épouse en 1832, Marie-Thérèse Clairoux, fille de Marie Angélique Lemieux et de Michel Clairoux. La maison pourrait se trouver sur la terre à ce moment. Le 3 janvier 1859, le couple fait donation de leur ferme à leur fils, aussi nommé Jean-Baptiste, et son épouse Olive Perrier. La mention d'une maison en pierre, est mentionnée pour une première fois dans l'acte de donation. Jean-Baptiste Lachaine décède en 1867. Par la suite, la maison demeure la propriété de la famille Lachaine jusqu'en 1871 lorsque Louis et François Plouffe achètent la ferme. Les Plouffe se départissent de la maison et de ses bâtiments de ferme en 1876. Martin Laurin, époux d'Esther Touchette, en devient propriétaire. En 1906, Esther Touchette, veuve depuis plusieurs années, vend sa propriété à Michée Dorion. Par la suite, plusieurs propriétaires se succèdent jusqu'à son achat par Suzanne Huot et Pierre Cormier en 1983. Le couple reçoit le premier prix du patrimoine de Laval en 2000 pour la restauration du bâtiment secondaire.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Dorothée SANT_0749).
Maison Waxman, Sainte-Dorothée.
C001/A2,11.01

Maison Waxman, Sainte-Dorothée.
Vue éloignée d'une maison traditionnelle quécoise connue comme la Maison Waxman. En avant-plan, la rivière des Prairies. Décor automnal. Tirage photographique, coul.
Maison Waxman, Sainte-Dorothée.
C001/A2,11.02

Maison Waxman, Sainte-Dorothée.
Vue éloignée d'une maison traditionnelle quécoise connue comme la Maison Waxman. En avant-plan, la rivière des Prairies. Décor hivernal. Tirage photographique, coul.
Maison autrefois située au 673, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
C001/A2,11.03

Maison autrefois située au 673, rang Saint-Antoine, Sainte-Dorothée.
Vue d'ensemble de la façade et du côté droit d'une maison à toit mansardé à deux versants, un style en vogue de 1880 à 1920. Sur la gauche, on distingue un bâtiment de ferme. Cette maison a aujoud'hui disparue. Décor hivernal. Années 1920-1921. Tirage photographique, n&b.
Maison Champagne située au 89 rue Principale, Sainte-Dorothée
C001/A2,11.05

Maison Champagne située au 89 rue Principale, Sainte-Dorothée
Vue de la façade d'une résidence érigée au 19e siècle, peut-être en 1812, représentative de la maison traditionnelle québécoise qui domine le paysage bâti des campagnes et des villages québécois pendant la majeure partie du 19e siècle. Certaines sources mentionnent que la maison Champagne d'origine aurait été incendiée et que la maison actuelle ne serait pas aussi ancienne. Le batiment fut détruit dans un incendie, le 16 mars 1983. Décor dépouillé. Date inconnue. Tirage photographique: n&b.

Il s'agit d'une maison de plan rectangulaire d'un étage et demi faite en planches verticales, portant un toit à deux versants retroussés en tôle à baguette et percé d'une double lucarne rampante. Sur la gauche, une cheminée s'élève au-dessus du toit. La façade est percée d'une porte flanquée de deux fenêtres. Une extension d'un étage, utlisant les mêmes matériaux, et pourvue d'une porte et d'une fenêtre, jouxte le mur gauche. Sur la droite, on distingue une partie de la grange dans un décor dépouillé.

Note historique; La maison appartenait à monsieur Paul-Émile Roger, mais était habitée par monsieur Jean-Paul Pépin (artiste-peintre). On raconte que la maison et les dépendances furent sauvées par M.J. Champagne, qui aurait donné ses animaux pour y arriver, la veille de l'attaque des patriotes de Saint-Eustache le 14 décembre 1837.

Informations en partie tirées de la base de données patrimoniales de la ville de Laval (Inventaire-Sainte-Dorothée PRIN_0089)
Maison située au 627, rue Principale, Sainte-Dorothée.
C001/A2,11.06

Maison située au 627, rue Principale, Sainte-Dorothée.
Vue de la façade et du côté gauche d'une maison traditionnelle québécoise en pierres de taille avec deux extensions dans le même style.
Cette maison est celle de Louis Laurin, donateur de la Place Publique et de l'emplacement de l'église et d'une partie du cimetière. Cette maison fut ensuite, pendant bien des années, le salon funéraire F. Brisebois, puis achetée par Urgel Bourgie dans les années 1990. Aujourd'hui, on y retrouve le centre de la petite enfance : Les trésors de Démosthène. Décor estival. Date inconnue. Tirage photographique, n&b.
Magasin général Alphonse Crevier, à Sainte-Dorothée.
C001/A3,02.20

Magasin général Alphonse Crevier, à Sainte-Dorothée.
Le commerce qu'ouvrit Alphonse Crevier au début des années 1920 était situé au rez-de-chaussée d'une maison mansardée d'un étage et demi en clins de bois. Décor estival. Après 1920. Tirage photographique: n&b.

Retour à la page d'introduction        


Les documents sur notre site web sont diffusés à des fins de recherche et de référence seulement. La reproduction ou l’utilisation de nos documents, que ce soit à des fins commerciales ou non commerciales, est strictement interdite sans avoir obtenu l’autorisation écrite de l’organisme au préalable.
Pour l’utilisation de nos fichiers et pour avoir accès à des fichiers en haute résolution, consultez les conditions d’utilisation.
Contactez-nous par courriel (info-cal@shgij.org) en spécifiant les documents concernés et pour quelle utilisation la demande est faite.